Les Canadiens et Canadiennes réagissent à la découverte de restes humains dans un pensionnat

Residential Schools FR

Un sondage réalisé par la Fondation canadienne des relations raciales, l'Assemblée des Premières Nations et Abacus Data montre que la majorité des Canadiens estiment que les gouvernements n'en font pas assez pour enseigner aux élèves les séquelles du système des pensionnats. 

TORONTO, le 15 juin 2021 - La découverte des restes de 215 enfants des Premières nations sur l'ancien site du pensionnat autochtone de Kamloops et la découverte d'une fosse commune possible sur le site du pensionnat autochtone de Brandon, au Manitoba, ont mis en évidence les effets dévastateurs et traumatisants du système des pensionnats, ce qui a incité les Canadiens à exprimer un soutien sans précédent. En effet, 49 % d'entre eux ont déclaré qu'ils comprenaient mieux les dommages causés par les pensionnats. Les Canadiens ont également manifesté un fort soutien pour les actions relatives aux priorités des Premières nations en matière de justice, de guérison et de réduction de l'écart socio-économique.  

Les résultats d'un sondage publié aujourd'hui par la Fondation canadienne des relations raciales (FCRR), l'Assemblée des Premières Nations (APN) et Abacus Data, révèlent des lacunes flagrantes dans les connaissances et l'éducation liées à l'histoire du Canada et renouvellent les appels à réexaminer les questions relatives à la responsabilité.  Selon les résultats du sondage, 93 % des Canadiens sont au courant de la découverte de restes humains sur le site du pensionnat autochtone de Kamloops, et 58 % d'entre eux suivent la nouvelle de près. Il s'agit d'une légère augmentation (7 %) du nombre de Canadiens qui suivaient de près les nouvelles sur l'héritage des pensionnats indiens lors de la publication du rapport de la Commission de vérité et de réconciliation, il y a près de six ans. Bien que 72 % des Canadiens soient attristés par la nouvelle de la fosse commune, seulement 10 % des Canadiens connaissent très bien l'histoire du système des pensionnats.

Treize ans après que le gouvernement du Canada ait présenté des excuses officielles aux survivants du système des pensionnats et à leurs familles, 68 % des Canadiens interrogés disent encore qu'ils n'étaient pas conscients de la gravité des abus commis dans les pensionnats ou qu'ils en étaient complètement choqués.   

« La découverte faite à la Première Nation Tk'emlúps te Secwépemc confirme ce que les Premières Nations disent depuis des décennies, et exige une action urgente pour soutenir la justice et la guérison des survivants et pour mettre fin aux pratiques, politiques et approches racistes et discriminatoires qui maintiennent un écart socio-économique entre les Premières Nations et le reste du Canada », a déclaré le Chef national de l'APN, Perry Bellegarde.  « Chaque personne dans ce pays a l'occasion d'exiger et d'agir pour le changement. La sensibilisation et l'attention accrues doivent s'accompagner d'une meilleure compréhension et d'une action réelle de la part des gouvernements. J'encourage chaque personne au Canada à se joindre aux Premières Nations pour rendre hommage aux enfants disparus, aux survivants et aux familles des pensionnats et j'exhorte tous les niveaux de gouvernement à mettre en œuvre les 94 appels à l'action de la Commission de vérité et de réconciliation du Canada. »

La nouvelle de la fosse commune du pensionnat de Kamloops semble avoir accru le désir de nombreux Canadiens d'en savoir plus sur l'héritage historique des pensionnats. Soixante-deux pour cent des Canadiens croient que les programmes d'enseignement provinciaux n'incluent pas suffisamment d'informations sur les pensionnats, et 65 % pensent que le niveau d'éducation sur les pensionnats devrait augmenter. Soixante-dix pour cent des répondants au sondage affirment que l'encadrement des pensionnats a été minimisé dans le système d'éducation.

La majorité des Canadiens sont sans équivoque quant à savoir qui doit assumer la responsabilité des dommages causés par le système des pensionnats. Quatre vingt dix pour cent des répondants croient que le gouvernement fédéral est responsable des dommages causés par les pensionnats, suivi de l'Église catholique (81 %) et de la GRC (80 %). Quatre Canadiens sur cinq aimeraient que le pape présente des excuses officielles aux survivants des pensionnats. Presque autant souhaitent que le gouvernement fédéral offre davantage de fonds pour identifier d'autres fosse communes possibles sur tous les sites des pensionnats.

« Ce qui ressort clairement des résultats du sondage, c'est que plusieurs entités ont laissé tomber non seulement la population autochtone, mais aussi tous les Canadiens », a déclaré Mohammed Hashim, directeur général de la FCRR.  « Bien que l'héritage historique du système des pensionnats au Canada soit honteux, il doit être enseigné, analysé en profondeur et intégré aux programmes d'études provinciaux afin que quelque chose comme cela ne se répète jamais, jamais.  Ignorer ce terrible chapitre ne fait pas que déshonorer les survivants et les victimes du système des pensionnats, c'est un déshonneur et un mauvais service à l'intégrité de la société canadienne. »

Les résultats de l'enquête révèlent des différences d'opinion apparentes au sein de groupes démographiques spécifiques. Par exemple, 69 % des jeunes interrogés (âgés de 18 à 29 ans) sont d'accord pour dire que la politique des pensionnats a été un instrument de génocide à l'égard de la population autochtone du Canada. Soixante pour cent des immigrants au Canada interrogés sont d'accord. Sur l'échiquier politique, 85 % des Canadiens de gauche souhaiteraient que la mise en œuvre des appels à l'action de la CVR soit accélérée. À l'inverse, un Canadien de droite sur cinq s'oppose à l'accélération de la mise en œuvre des points d'action de la CVR. Quatre-vingt-quatre pour cent des Canadiens pensent qu'ils trouveront d'autres tombes, tandis que la quasi-totalité des répondants autochtones (99%) affirment que la découverte d'autres fosse communes est inévitable.

Dans la foulée du retrait de la statue d'Egerton Ryerson à Toronto et des discussions autour du changement de nom de l'université nommée en son honneur, l'appétit est grand chez les Canadiens pour des mesures symboliques visant à effacer les reliques du passé raciste du Canada et à honorer ceux qui en ont souffert.  Cinquante-huit pour cent des Canadiens souhaitent que les bâtiments et les institutions portant le nom des architectes du système des pensionnats soient renommés.  Soixante-cinq pour cent des Canadiens appuieraient la création d'un jour férié national en l'honneur des survivants et des victimes du système des pensionnats.

« Par des marges de plus de trois contre un, les Canadiens nous disent qu'ils veulent des actions sur les priorités des Premières Nations », a ajouté le Chef national de l'APN, Perry Bellegarde. « Les gens veulent que le Canada accélère les progrès concernant les 94 appels à l'action du rapport de la Commission de vérité et de réconciliation, qu'il investisse dans les efforts visant à identifier toutes les tombes non marquées des pensionnats et qu'il cesse de se battre contre nos enfants et les survivants des pensionnats devant les tribunaux. Les décideurs à tous les niveaux doivent tenir compte de ces appels à l'action. Ce sont là quelques-unes des façons dont nous pouvons véritablement honorer la vie de ceux qui ont été si tragiquement perdus. »

 

Téléchargez les résultats complets de l'enquête sur les pensionnats ici.

 

FIN

À propos de la Fondation canadienne des relations raciales :

La Fondation canadienne des relations raciales a été créée en 1996 pour réaffirmer les principes de justice et d'égalité pour tous au Canada. Le mandat de la Fondation est de faciliter dans tout le Canada le développement, le partage et l'application des connaissances et de l'expertise afin de contribuer à l'élimination du racisme et de toutes les formes de discrimination raciale dans la société canadienne.

À propos d'Abacus Data :

Abacus Data est une société de conseil en études de marché et d'opinion publique innovante et en pleine expansion. Elle utilise les dernières technologies, des connaissances scientifiques solides et une expérience approfondie pour fournir à ses clients des conseils de haut niveau fondés sur des recherches. Elle offre une capacité de recherche globale en mettant l'accent sur le service à la clientèle, le souci du détail et une valeur exceptionnelle.  Abacus Data a été l'un des sondeurs les plus précis à mener des recherches lors de l'élection canadienne de 2019.

À propos de l'Assemblée des Premières Nations :

L'Assemblée des Premières Nations est l'organisation nationale qui représente 634 Premières Nations au Canada.

Pour les enquêtes médiatiques, veuillez contacter :

Kimberly Bennett

Directrice des communications

Fondation canadienne des relations raciales

Courriel :

Téléphone : 437 533 1104

Jenna Young Castro

Directrice des communications

Assemblée des Premières Nations

Courriel :

Téléphone : 613 314 8157

  • Last modified
    14/06/21