Collecte de statistiques fondées sur la race

Modérateur
Fo Niemi, directeur général, Centre de recherche-action sur les relations raciales (CRARR)

Membres du groupe d'experts
Scot Wortley, D.Ph., professeur agrégé, Université de Toronto, Centre de criminologie, (Ontario)
Maria Yau, coordonnatrice de projet, services de recherche et d'information, Développement organisationnel, Conseil scolaire du district de Toronto, (Ontario)
Valerie Pruegger, D.Ph., recherche, planification sociale, Services communautaires de la ville de Calgary (Alberta)

Contexte du dialogue

La collecte régulière de données précises et fiables sur la situation socioéconomique des groupes ethniques et raciaux ainsi que sur les autres aspects de leur identité, notamment leur identité sexuelle, sert à lutter contre le racisme et la discrimination raciale et à l'éliminer. La collecte de statistiques fondées sur la race peut aider les institutions, les organismes, les collectivités et les responsables des politiques, entre autres, à cerner et à mieux comprendre l'étendue du problème et les moyens de s'attaquer efficacement à la discrimination raciale dans les domaines de l'emploi, du logement, de l'éducation, du maintien de l'ordre et de l'accès aux services gouvernementaux. La collecte de données sert à élargir notre base de connaissances sur la discrimination, à établir des objectifs et des points de référence permettant de mesurer les progrès réalisés en matière d'équité, à éclairer les choix de politiques, à déterminer l'allocation des budgets ainsi qu'à surveiller et à évaluer l'efficacité des politiques.

Au Canada, la collecte de données fondées sur la race, l'ethnicité ou la nationalité est un domaine en constante évolution qui a fait l'objet de nombreuses discussions et de résistances de la part des communautés, des gouvernements, des institutions publiques et d'autres secteurs.

Compte tenu de la controverse, de l'augmentation du nombre des membres de groupes racialisés au Canada, et de l'appui croissant de la communauté internationale à la collecte de données non regroupées (y compris celles relatives à la race), la Fondation croit que la collecte de ce type de données peut constituer un moyen utile de lutte contre le racisme.
Le groupe d'experts a traité des répercussions techniques, raciales et politiques de la collecte de statistiques fondées sur la race dans l'élaboration de politiques.
La justification de la collecte de données fondées sur la race

Il est nécessaire d'établir une politique nationale de collecte de renseignements et de données relatives à la race et à l'ethnicité. Voici pourquoi :
  • À l'aide de données, l'analyse des besoins et la détermination des lacunes sont rendues possibles.
  • Des points de référence peuvent être établis et les renseignements recueillis peuvent être comparés, l'efficacité des programmes peut être évalue, etc. L'établissement de points de référence aura un impact notamment sur les communautés et en matière de prestation de services par les organismes et de financement.
  • Cette collecte facilitera davantage l'établissement des tendances, le partage des données, l'utilisation des ressources, principalement les ressources financières, ainsi que l'élimination du double emploi des ressources, tout en fournissant une source fiable de données pour le développement de la conscience communautaire et de la politique nationale.
  • L'information dérivée des données peut servir à la détermination de l'évolution et des tendances nationales; elle peut aussi s'utiliser de diverses façons au niveau communautaire.
  • L'utilisation de données quantitatives et qualitatives facilite la formulation de politiques ainsi que la conception et la mise en œuvre de programmes en suivant une démarche axée sur les connaissances. Sans ces données, nous devrions nous fier qu'à de simples hypothèses, des recherches fragmentées et des moyens non scientifiques.
  • Il a été mentionné lors de la discussion qu'il était très difficile de mesurer le progrès réalisé dans la lutte contre le racisme en se fondant sur un ensemble de critères établis en fonction des changements de direction (principalement lors des élections).
Recommandations
  • Mener de vastes consultations avant de commencer l'élaboration de politiques afin de comprendre la nature des besoins et de repérer certains des obstacles qui nuisent à la collecte de données fondées sur la race.
  • Tenir compte de tous les facteurs touchant la collecte de données : les facteurs politiques, opérationnels, juridiques, la protection de la vie privée et les droits de la personne.
  • Faciliter l'accès au processus de collecte à toutes les cultures pouvant se sentir menacées (les Blancs de la classe moyenne, par exemple).
  • Établir des définitions uniformes de race et d'ethnicité, ce qui est également pertinent à la définition des objectifs et des modalités de collecte des données.
  • Faire connaître les avantages découlant de la collecte et du partage des données - ceci peut nous aider à établir les tendances aux niveaux national, provincial, municipal et communautaire et dont on pourrait ensuite se servir dans les cas correspondants à la variable pertinente.
  • Mettre l'accent sur l'accessibilité et la transparence des communications, non seulement au cours du processus de collecte des données mais aussi par la suite.
  • Tenir compte des techniques utilisées dans des pays autres que les États-Unis, par exemple en Grande-Bretagne.
  • Effectuer une collecte de données fondées sur la race qui soit utile à tous les Canadiens et qui leur donne une idée exacte du climat racial actuel.

  • Last modified
    14/07/15