Catégorie: Reports | Rapports
Pages: 122
Localisation: CRRF
Année: 1994
N° catalogue: RPT.D7201.1994
Note: Published by the Commission on Systemic Racism in the Ontario Criminal Justice System

Vues: 1153

Révisions

This report was written to investigate systemic racism within the Ontario Criminal Justice System.

The basic idea of the study was to track a number of cases from arrest to sentence, recording information on a substantial number of factors, for a sample of both white and black male accused. Five main categories of offences were chosen to form the basis of the study,

  • Drug offences,
  • Sexual assaults,
  • Bail violations,
  • Serious assaults and
  • Robbery.

Two main conclusions were reached by this study were: 

  • That racism in the criminal justice system begins with the bail decision, and
  • That although racism is not pervasive in every category of offence, however, it is most pervasive in drug offences, where charges occur almost exclusively through pro-active policing.

Thus, the study suggests that anti-racist training is most essential at these two levels, judges in bail decisions, and attitudes of arresting officers.

 

Ce rapport a été rédigé pour enquêter sur le racisme systémique dans le système de justice pénale en Ontario.

L’idée de base de l’étude était de suivre un certain nombre d’affaires, de l’arrestation à la peine, en enregistrant des informations sur un nombre important de facteurs, pour un échantillon d’accusés de sexe masculin et noir. Cinq grandes catégories d’infractions ont été choisies pour constituer la base de l’étude,

  • Infractions liées à la drogue,
  • Agressions sexuelles,
  • Violations de la caution,
  • Agressions graves et
  • Vol.

Cette étude a abouti à deux conclusions principales:

  • Que le racisme dans le système de justice pénale commence avec la décision de libération sous caution, et
  • Bien que le racisme ne soit pas omniprésent dans toutes les catégories d’infractions, il est toutefois plus répandu dans les infractions en matière de drogue, où les accusations sont portées presque exclusivement par des services de police dynamiques.

Ainsi, l’étude suggère que la formation antiraciste est essentielle à ces deux niveaux: les juges dans les décisions de mise en liberté sous caution et les attitudes des agents en état d’arrestation.

En anglais seulement.

Date de publication: