Catégorie: Reports | Rapports
Pages: 15
Localisation: CRRF
Année: 2003
N° catalogue: RPT.T63.2003
Note: This was an initiative of the McGill Consortium for Ethnicity and Strategic Social Planning

Vues: 1492

Révisions

This report reviews the findings of various research on Toronto's black community.

The executive summary identifies common themes and makes social policy recommendations. The findings summarize figures of the Black population in Toronto, the districts in which they live, the regional distribution of Blacks in Toronto, the age structure and the impact of immigration on the Black community in Toronto. The socio-economic findings include the levels of educational attainment, income levels and family structure.

Overall, the data suggests the family structure and social support network of the Black community is weak. Single parent rates are three times as high in the Black community and over half of all Black children lived below the poverty line in 1996. Also startling is the finding that unemployment rates are twice as high for Blacks in Toronto when compared with non-Blacks.

The report concludes with a call for further community advocacy and stronger community coalition building.

Ce rapport passe en revue les conclusions de diverses recherches sur la communauté noire de Toronto.

Le résumé identifie des thèmes communs et formule des recommandations en matière de politique sociale. Les résultats résument les chiffres de la population noire à Toronto, des districts dans lesquels ils vivent, de la répartition régionale des Noirs à Toronto, de la structure par âge et de l'impact de l'immigration sur la communauté noire de Toronto. Les résultats socio-économiques incluent les niveaux de scolarité, les niveaux de revenu et la structure de la famille.

Dans l'ensemble, les données suggèrent que la structure familiale et le réseau de soutien social de la communauté noire sont faibles. Les taux de parents célibataires sont trois fois plus élevés dans la communauté noire et plus de la moitié des enfants noirs vivaient sous le seuil de pauvreté en 1996. Fait également étonnant, les taux de chômage sont deux fois plus élevés pour les Noirs de Toronto que pour les non-Noirs.

Le rapport se termine par un appel pour un plaidoyer communautaire plus poussé et un renforcement de la coalition communautaire. (En anglais seulement)

Date de publication: