Catégorie: Non-Fiction | Non Fiction
Pages: 236
ISBN: 9780802086631
Localisation: CRRF
Année: 2004
N° catalogue: BKS.R2191.2004
Lien: Lien Web Access

Vues: 3300

Révisions

Somalia. March 4, 1993. Two Somalis are shot in the back by Canadian peacekeepers, one fatally.

Barely two weeks later, sixteen-year-old Shidane Abukar Arone is tortured to death. Dozens of Canadian soldiers look on or know of the torture.

The first reports of what became known in Canada as the Somalia Affair challenged national claims to a special expertise in peacekeeping and to a society free of racism. Today, however, despite a national inquiry into the deployment of troops to Somalia, what most Canadians are likely to associate with peacekeeping is the nation's glorious role as peacekeeper to the world. Moments of peacekeeping violence are attributed to a few bad apples, bad generals, and a rogue regiment.

In Dark Threats and White Knights, Sherene H. Razack explores the racism implicit in the Somalia Affair and what it has to do with modern peacekeeping. Examining the records of military trials and the public inquiry, Razack weaves together two threads: that of the violence itself and what would drive men to commit such atrocities, and secondly, the ways in which peacekeeping violence is largely forgiven and ultimately forgotten. Race disappears from public memory and what is installed in its place is a story about an innocent, morally superior middle-power nation obliged to discipline and sort out barbaric third world nations. Modern peacekeeping, Razack concludes, maintains a colour line between a family of white nations constructed as civilized and a third world constructed as a dark threat, a world in which violence is not only condoned but seen as necessary.

Somalie. 4 mars 1993. Deux soldats somaliens reçoivent une balle dans le dos, dont l'un mortellement.

À peine deux semaines plus tard, Shidane Abukar Arone, 16 ans, est torturé à mort. Des dizaines de soldats canadiens observent ou connaissent la torture.

Les premiers rapports sur ce qui est devenu connu au Canada sous le nom d'Affaire de la Somalie ont contesté les revendications nationales réclamant une expertise particulière dans le maintien de la paix et une société exempte de racisme. Aujourd'hui, cependant, malgré une enquête nationale sur le déploiement de troupes en Somalie, ce que la plupart des Canadiens associent probablement au maintien de la paix, c'est le rôle glorieux que joue le pays en tant que gardien de la paix pour le monde. Des moments de violence dans le maintien de la paix sont attribués à quelques mauvaises pommes, à de mauvais généraux et à un régiment voyou.

Dans Dark Threats et White Knights, Sherene H. Razack explore le racisme implicite dans l’affaire de la Somalie et son rapport avec le maintien de la paix moderne. En examinant les procès-verbaux des procès militaires et de l'enquête publique, Razack combine deux éléments: celui de la violence elle-même et ce qui inciterait les hommes à commettre de telles atrocités, et deuxièmement, la manière dont la violence pour le maintien de la paix est largement pardonnée et finalement oubliée. La race disparaît de la mémoire publique et ce qui est installé à sa place est l'histoire d'un pays d'une puissance moyenne innocent, moralement supérieur, obligé de discipliner et de démêler les nations barbares du tiers monde. Le maintien de la paix moderne, conclut Razack, maintient une ligne de couleur entre une famille de nations blanches construite pour être civilisée et un tiers-monde construit pour représenter une menace sombre, un monde dans lequel la violence est non seulement tolérée, mais considérée comme nécessaire. (En anglais seulement)

Étiquettes: Canada  
Date de publication: