Catégorie: Non-Fiction | Non Fiction
Pages: 327
ISBN: 9780802042774
Localisation: CRRF
Année: 2000
N° catalogue: BKS.M336.2000

Vues: 1303

Révisions

Canada is a haven for Nazi war criminals. This accusation — first levelled by was crimes advocacy groups, later corroborated by a royal commission, now reported as fact by major media outlets — has become the gospel of politically correct commentators and pundits. But is it true?

In Unauthorized Entry, Howard Margolian argues convincingly that it is not. On the basis of the most thorough examination of Canada's immigration-screening system ever undertaken, he absolves a succession of postwar governments of active complicity in the admission of ex-Nazis. Charges that Ottawa was indifferent to the problem are similarly discounted. In a refreshing and controversial departure from the conspiracy theories and the culture of historical victimization so prevalent nowadays, Margolian lays the blame where it belongs — on the war criminals themselves. Most, he points out, were Nazi collaborators who has escaped from eastern Europe or the Soviet Union, where evidence of their crimes ramained in accessible for almost fifty years. With no means to verify the statements given by these fraudulent refugee claiments, Canadian immigration authorities has to rely on their professional judgement and their instincts. Unfortunately, mistakes were inevitable. 

Impeccably researched and engagingly written, Unauthorized Entry is sure to stimulate debate, both within the public at large and among advocacy groups on both sides of the war crimes issue.

 

Le Canada est un refuge pour les criminels de guerre nazis. Cette accusation - qui a été lancée pour la première fois par des groupes de défense des crimes, corroborée plus tard par une commission royale, rapportée maintenant par les principaux médias - est devenue l’évangile des commentateurs et des experts politiques. Mais est-ce vrai?

Dans Entrée non autorisée, Howard Margolian affirme de manière convaincante que ce n’est pas le cas. Sur la base de l'examen le plus approfondi jamais effectué du système de filtrage des dossiers d'immigration du Canada, il exempte les gouvernements de l'après-guerre de complicité active dans l'admission d'anciens nazis. Les accusations selon lesquelles Ottawa était indifférente au problème bénéficient de la même réduction. En s'éloignant des théories du complot et de la culture de la victimisation historique si répandue de nos jours, ce qui est controversé et controversé, Margolian met le blâme à sa place - aux criminels de guerre eux-mêmes. La plupart, souligne-t-il, étaient des collaborateurs nazis qui s'étaient échappés de l'Europe de l'Est ou de l'Union soviétique, où des preuves de leurs crimes étaient accessibles depuis près de cinquante ans. N'ayant aucun moyen de vérifier les déclarations de ces revendicateurs du statut de réfugié frauduleux, les autorités canadiennes de l'immigration doivent se fier à leur jugement professionnel et à leur instinct. Malheureusement, les erreurs étaient inévitables.

Impeccablement recherchée et écrite de manière engageante, Entrée non autorisée ne manquera pas de stimuler le débat, tant au sein du public en général que parmi les groupes de défense des droits des deux côtés de la question des crimes de guerre.

 

En anglais seulement.

Étiquettes: World War II   Canada  
Date de publication: