Text Size

Clearinghouse

Commission of Official Languages / Commissaire Aux Languages Officiales

Since Canada was created in 1867, our official languages, English and French, have shared an equal role in the development of our country’s cultural and political identity. The British North America Act (link is external) of 1867 established that the records and laws of the Parliament of Canada (link is external) must be produced in both English and French. The British North America Act (link is external) also established that either English or French may be used in the houses of the Parliament of Canada and in Federal Court hearings.

In 1969, the Parliament of Canada adopted the first Official Languages Act, following the work and recommendations of the Royal Commission on Bilingualism and Biculturalism. The Official Languages Act established the role of the Commissioner of Official Languages, and Keith Spicer was appointed as Canada’s first commissioner of official languages in 1970.

Canada’s commissioner of official languages is an agent of Parliament (link is external) whose mandate is to promote the Official Languages Act and oversee its full implementation. The Commissioner also acts as Canada’s official languages ombudsman, whose duty is to protect the language rights of Canadians and promote linguistic duality and bilingualism across Canada.

The Office of the Commissioner of Official Languages supports the Commissioner of Official Languages in protecting language rights and promoting English and French in Canadian society. The Commissioner of Official Languages works with staff members across Canada. His head office is in Gatineau, Quebec, and there are five regional offices.

Depuis la constitution du Canada en 1867, nos langues officielles, le français et l’anglais, jouent un rôle égal dans l’élaboration de l’identité culturelle et politique du pays. L’Acte de l’Amérique du Nord britannique (link is external) prévoit que les archives et les lois du Parlement du Canada (link is external) doivent être rédigées en français et en anglais. Et toujours selon l’Acte de l’Amérique du Nord britannique (link is external), le français ou l’anglais peuvent être également employés devant les chambres du Parlement du Canada comme devant les tribunaux fédéraux.

En 1969, le Parlement du Canada a adopté la première Loi sur les langues officielles à la suite des travaux et des recommandations de la Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme. La Loi sur les langues officielles a institué la fonction de commissaire aux langues officielles, et c’est Keith Spicer, en 1970, qui a été nommé le premier à ce poste.

Le commissaire aux langues officielles du Canada est un agent du Parlement (link is external) dont le mandat consiste à promouvoir la Loi sur les langues officielles et à surveiller sa pleine mise en œuvre. Le commissaire agit aussi à titre d’ombudsman des langues officielles du Canada, son rôle consistant à protéger les droits linguistiques des Canadiens, et à faire la promotion de la dualité linguistique et du bilinguisme d’un bout à l’autre du pays.

Le commissaire aux langues officielles, avec l’appui du Commissariat aux langues officielles, a la responsabilité de protéger les droits linguistiques et de faire la promotion du français et de l’anglais au sein de la société canadienne. Le commissaire aux langues officielles exerce ses activités avec le concours de nombreux employés aux quatre coins du pays. Le Commissariat a son administration centrale à Gatineau, au Québec, et compte cinq bureaux régionaux.


Publication by same author

Commission of Official Languages Annual Report 1999 - 2000 / Commissaire Aux Languages Officiales 1999-2000

The Texture of Canada / Le Tissu Social Canadien

N° catalog: RPT.C73717.2000
Year: 2000
Category:
Hits: 1300
Date insert: Tuesday, 10 July 2018