Text Size
Category: Reports | Rapports
Pages: 202
Location: CRRF
Year: 2002
N° catalog: RPT.Sch568.2002
Note: Report of the Canadian Bar Association / Rapport de l'Association du Barreau canadien

Hits: 1303

Review

This document was presented to the UN Special Rapporteur in 2003. Excerpt from the Forward to the report:

"I am proud to present the Canadian Bar Association's Report examining the basis for a constitutional right of Canadians to true access to justice through publicly funded legal services. Last spring, I invited a number of experts in the fields of constitutional law and access to justice to consider this issue for our project. I was delighted when they agreed, and with the stellar papers that were submitted as a result.".... "The good news is that our experts believe that the time is right for extending entitlement to legal aid – to cover more types of cases and to make more people eligible for publicly-funded legal representation.

While the opinions provide cause for optimism, the CBA's work in promoting greater access to justice through improved legal aid is certainly not complete. Government leaders are faced with a choice. They can sit back and let our most vulnerable citizens struggle, likely for many years, to expand and establish meaningful legal rights by representing themselves or with the assistance of members of the legal profession committed to pro bono work and to legal aid, in spite of its hardships."... This Report will ground the CBA's commitment to relentlessly urge all governments to do the right thing by taking leadership roles and pursuing the second path – the path of genuine access to justice."

Daphne Dumont, Q.C.
Past-President

Ce document a été présenté au Rapporteur spécial des Nations Unies en 2003. Extrait de l'avant-propos du rapport:

«Je suis fière de présenter ce rapport de l’Association du Barreau canadien qui analyse les fondements d’un droit constitutionnel des Canadiens et Canadiennes à un véritable accès à la justice au moyen de services juridiques subventionnés par l’État. Au cours du printemps dernier, j’ai invité une brochette de spécialistes en matière de droit constitutionnel et d’accès à la justice à examiner cette question dans le cadre de notre projet. J’ai été ravie qu’ils et elles acceptent cette mission et nous présentent les textes percutants qui sont l’aboutissement de
leur réflexion.

À la lecture de ces opinions, il semblerait qu’à l’heure actuelle, les décideurs des politiques canadiennes n’ont pas, en vertu de la constitution, l’obligation précise de garantir aux citoyens et citoyennes un véritable accès à notre système de justice afin d’exercer leurs droits. Bien qu’il existe un droit à l’aide juridique dans certaines circonstances, les
paramètres de l’exercice de ce droit sont assez nébuleux. La bonne nouvelle cependant, d’après nos spécialistes, est qu’il est à présent possible d’étendre le droit à la protection de l’aide juridique de manière à englober davantage de catégories de causes admissibles et de conférer à un nombre accru de personnes le droit à une représentation juridique subventionnée par l’État. »

Daphne Dumont, c.r.
Présidente sortante

 

Disponible en anglais seulement.

Date insert: