Canada 113/150: Moses A. Mawa

Le 2 novembre 1994, c'était une journée d'automne ensoleillée. Toutefois, dès que j'ai quitté l'Aéroport international d'Ottawa, j'ai réalisé que ma vue m'avait donné une fausse impression. Le froid mordant m'a fouetté le visage et chaque partie de mon corps exposée a ressenti l'impact glacial. En cette journée douce-amère, j'arrivais d'un vol de KLM Royal Dutch Airlines, en partance de Nairobi, au Kenya, où j'avais vécu pendant quelques années.

J'ai réalisé ultérieurement que cette journée ensoleillée représentait les occasions et les valeurs exceptionnelles auxquelles adhère le Canada, et que le mauvais temps rencontré à mon arrivée n'était qu'une infime partie des défis qui m'attendaient. Je venais à peine de terminer mes études secondaires en Ouganda et j'avais hâte d'entreprendre des études universitaires en Amérique du Nord dans un domaine qui me permettrait de servir Dieu, le pays et l'humanité.

Je connaissais déjà les valeurs canadiennes telles que l'égalité d'accès au bien-être et aux possibilités, le multiculturalisme et le respect de la diversité, la courtoisie et le respect mutuel, la compassion, l'empathie et la générosité d'esprit, le patriotisme, la loyauté et le pouvoir de la citoyenneté ainsi que le respect pour la démocratie, les droits de l'homme et l'État de droit. Je me réjouissais à la perspective de vivre au sein de cette nation vertueuse, et j'avais bien l'intention de trouver des façons de redonner à la communauté.

À ma lecture du journal Ottawa Citizen, du journal Toronto Star, du magazine Maclean’s et d'autres publications canadiennes et internationales, j'ai constaté qu'il y avait des lacunes à combler. Je regardais des chaînes de télévision canadiennes, américaines et d'ailleurs et j'y voyais des choses choquantes et dégradantes. J'ai vu du racisme, de la pauvreté, des obstacles à la réussite et d'autres maux. Cela m'a aidé à définir ma mission pour rendre le Canada et le reste du monde meilleurs.

En 1996, soit deux ans après ma venue au pays, j'ai fondé Silvertrust Communications, une société connue également sous le nom de Silvertrust Media. Celle-ci se spécialise dans la publication, la radiodiffusion, la diffusion en ligne et dans d'autres activités. L'une de mes préoccupations consistait à modifier l'image négative des personnes d'ascendance africaine au Canada et à travers le monde. La création de Planet Africa Group, lequel est maintenant associé aux marques Afroglobal et Excellence, s'est avérée le prolongement logique de cette société. J'ai obtenu un baccalauréat ès arts en études cinématographiques de l'Université de Carleton. J'ai également participé au Réseau d'ateliers cinématographiques canadiens (RACC) afin de poursuivre ma formation en télévision ainsi que d'autres études. En 1999, Silvertrust occupait une adresse prestigieuse sur la rue Bank, à Ottawa. J'ai été fier d'apprendre que le journal Ottawa Citizen, en association avec le ministère canadien de la Défense nationale, avaient choisi mon entreprise pour étudier les préparatifs du passage à l'an 2000, la peur imminente du bogue informatique et comment cela pourrait affecter tout le matériel électronique. J'ai ainsi réalisé que le Canada se souciait de mon entreprise.

En 2000, une belle jeune femme s'est présentée à mon bureau. Patricia Bebia était originaire du Nigeria. Elle était venue au Canada dans le cadre d'un programme organisé par la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) d'Halifax. Par la suite, nous avons réalisé que nous avions de nombreux points communs. Nous avons rapidement commencé à travailler ensemble, puis nous nous sommes mariés en 2002, le jour de la Saint-Valentin. Alors que le Canada célèbre en 2017 son 150e anniversaire, nous célébrons notre 15e anniversaire de mariage. Notre série télévisée Planet Africa Television est radiodiffusée sur OMNI TV au Canada et souscrite en Europe et en Afrique et vue aux quatre coins du globe, y compris aux États Unis. Nous publions également le magazine Excellence et organisons les prix annuels Excellence, essentiellement pour mettre en valeur les modèles exceptionnels qui n'étaient pas représentés dans les médias traditionnels et lors d'événements prestigieux au moment de mon arrivée au Canada.

En juillet 2013, CNN a dépêché une équipe depuis leur siège social mondial à Atlanta, aux États Unis, pour faire un reportage sur ma femme et moi. Ce reportage a été diffusé sur CNN à l'échelle mondiale. J'ai réalisé que l'incidence de notre travail prenait racine. En mars 2016, nous avons lancé la chaîne Afroglobal Television, laquelle est maintenant diffusée 24 heures par jour sur le canal 708 de Rogers Cable et sur le canal 2472 de Bell Télé Fibe. Elle vise à devenir une super chaîne mondiale qui contribue à faire avancer les aspirations de gens d'ascendance africaine à travers le monde.

En 2012, nous avons lancé le magazine Diversity afin d'inspirer, de transformer, d'habiliter, de présenter, de célébrer et d'intégrer des personnes exceptionnelles à notre mosaïque. Maintenant titulaire d'une maîtrise ès arts en leadership de la Trinity Western University à Vancouver, j'avais acquis des connaissances dignes d'être transmises à autrui. Par le biais de Silvertrust et d'autres partenaires, nous avons décidé de fonder le Transformation Institute For Leadership and Innovation, lequel dirige maintenant le programme Crossover Mentorship (mentorat croisé) pour les jeunes, l'Expo Diversity ainsi que le gala des prix Transformation.

Le Canada m'a permis d'évoluer dans ma foi et dans ma connaissance de Dieu. Cela a forgé ma détermination à respecter et à apprécier les gens de tous les horizons. Par notre marque Destiny, laquelle comprend le magazine Destiny, la programmation télévisée et d'autres initiatives ministérielles, je suis engagé à faire avancer la bonne volonté et la prospérité. J'ai également été impliqué dans la programmation radio, des films documentaires et d'autres initiatives afin de favoriser des changements positifs, le développement communautaire et le divertissement.

Je suis reconnaissant de l'occasion qui m'est offerte de servir. J'apprécie également de recevoir des récompenses et des mentions élogieuses, y compris le prix ReelWorld Visionary 2011, le prix d'excellence en services communautaires 2009 du Service de police de Toronto, le prix 2010 du National Ethnic Press and Media Council of Canada pour l'excellence professionnelle dans les médias, le prix BBPA Harry Jerome Media, le prix Champion communautaire 2016 de la Fondation canadienne des relations raciales et la médaille de jubilé de diamant de la reine Elisabeth II, rendu possible grâce au gouvernement du Canada.

Ma vision personnelle, laquelle comporte trois parties, est de « transformer les vies pour le meilleur ». J'aspire à catalyser les bienfaits découlant de l'harmonie et de la diversité, à faire progresser le potentiel divin et à poursuivre les aspirations communautaires. Mes racines remontent en Ouganda, d'où mon père est originaire, et du Soudan du Sud, du côté de ma mère. Ma femme est originaire du Nigeria, mes quatre enfants sont nés au Canada et j'ai des amis provenant de partout dans le monde. Je suis appelé à poursuivre mon travail avec des gens de bonne volonté pour rendre le Canada et le reste du monde meilleurs.

 

Respect